COLLECTION

TABL'EAUX II

Sur les eaux alanguies de la Venise du Périgord ou sous les ponts qui enjambent paresseusement l'Onyar,

la lumière peint sur l'eau de mouvantes compositions.

Ceci n'est pas un pont, mais le jeu la lumière avec son ombre.

Les façades des hôtels particuliers ondulent et fleurtent avec un cubisme qui aurait perdu sa rigueur géométrique.

Les formes toujours sont évanescentes et molles comme pour nous inviter à une douce contemplation.

© Raphaël Paya 2020